vendredi 23 juillet 2010

Le-Puy-en-Velay Compostelle c'était fini !





C'était la fin.









L'émotion à Compostelle ?
Arrivés à pied devant la cathédrale après une marche au long-cours entourés d'autres pèlerins, pendant plus de deux mois, l'émotion était bien présente mais elle n'était pas à la hauteur des souffrances supportées pendant 65 jours.


A l'instar des pèlerins du XIIe siècle qui ne pouvait voir le reliquaire, nous n'avons même pas pris le temps de faire la queue pour voir le tombeau. Mais ce n'est pas bien important, puisque Compostelle c'est d'abord le point de départ et le chemin. L'arrivée est avant tout la fin !

Cela étant, la ville est belle notamment le centre historique!

A la fin du XVIème siècle, Francis Drake, célèbre pirate anglais, attaquait sur le long de la côte de la Galice. Par peur, les restes de l'apôtre auraient été cachés dans un endroit secret la cathédrale.

Tellement secret que l'on ne se rappela plus l'endroit pendant plus de deux siècles;

Heureusement en 1879 des ossements furent retrouvés.

Le pape authentifia les restes dans sa bulle Deus Omnipotens de 1884. Mais en en 1946, des archéologues retrouvèrent les "vraies" reliques de Saint-Jacques. Les reliques de Santiago sont-elles bien celles de saint Jacques ?

A 9 heures 25 nous avons pris le train pour Hendaye et nous sommes arrivés à 20 heures 35. Après une nuit à l'hôtel, nous avons rejoint Marseille, Aix,-en-Provence et Rognes